Tarte renversée aux nectarines et à la ricotta, parfum de poivre voatsipériféry et de romarin

Alors si ça c’est pas du titre qui se la pète, je démissionne. ça doit être mon récent déjeuner dans le monde des 3* qui m’a contaminé. Bien, bien…
Bon en fait je me sens tellement honteuse d’avoir disparu de la circulation qu’il fallait que je revienne en fanfare.

J’ai bouclé mon prochain livre et j’avoue que la cuisine m’a quelque peu sorti par les trous de nez. Hier au pays des “ans” c’était un jour particulier et je m’étais dit que j’allais pâtisser un peu. Las, c’était sans compter que ma désertion du blog comptait aussi celle de la boutique et que en rupture de tout j’ai du bosser : commander, recevoir, conditionner, expédier…
Et aujourd’hui rebelote. Sauf que j’ai reçu un truc que j’attendais impatiemment, un truc que j’ai gouté dans l’Aude (pas chez le chef, juste chez des amis) et qui m’a fait faire waouhhhhh… ce truc c’est le roi des poivres, pas moins, le nec plus ultra qui fait frime et qui dégoupille l’arôme qui tue : le poivre (attention respirez un bon coup)… le poivre Voatsipériféry. Amen.
Bon je le prononce fastoche maintenant mais il a fallu quand même un temps pour que je puisse frimer avec cette cascade de syllabes improbables à rendre jaloux le volcan islandais.
Donc, j’ai gouté ces petits grains dans un petit ragout en trop petite quantité pour le grand nombre d’affamés que nous étions, mais ce goût m’a scotché et je n’ai pensé qu’à un truc : il me FAUT ce poivre pour cook-shop (et donc pour mezigue héhé).
Et donc il est arrivé. Tout à l’heure. Et il m’a donné envie de me jeter dans ma cuisine tout comme Nawal et sa tchouktchouka.
Bien sûr, va suivre un ragout (en grande quantité, non mais !) avec ce poivre mais j’avais commencé ce gâteau renversé quand prise de folie j’ai rajouté les précieuses baies dans ma mixture.

Cette note vous a plu ? Pensez à vous abonner à la newsletter (clic) !

Rendez-vous sur Hellocoton !